Ce qu’il faut savoir sur la parentalité positive

Lorsqu’on devient parent, le cours de notre vie change complètement. Fini les soirées entre amis, les sorties tard le soir, du moins pendant les premiers instants. Au-delà de cela, être un parent est un vrai bonheur que l’on n’échangerait pour rien au monde.

Cependant, il arrive souvent que nous remettions en question nos méthodes et notre capacité à élever correctement notre enfant. Afin d’avoir toutes les chances de notre côté, nous pouvons avoir recours à la parentalité positive.

La parentalité positive, c’est quoi ?

La parentalité est sans nul doute le rôle le plus gratifiant sur terre, mais qui est à la fois le plus difficile, car elle requiert la prise de responsabilité.

En effet, elle permet de préparer l’enfant à se sentir bien à l’aise avec ses relations, à être indépendant et de devenir responsable une fois qu’il atteindra l’âge adulte. Mais avec les crises de colère, les caprices, la tristesse et les conflits, la parentalité devient moins évidente. C’est ainsi que la parentalité positive ou éducation bienveillante fait son apparition.

C’est un concept qui met à votre disposition des outils qui permettent de bien gérer les situations difficiles, de mettre en avant l’intérêt de l’enfant ainsi que son épanouissement.

En d’autres termes, la parentalité positive est un style d’éducation qui satisfait les besoins de l’enfant notamment sur le plan affectif, sur la sécurité et même les attaches. Ici, les parents sont chaleureux, tolérants, réceptifs et sensibles envers les enfants.

En même temps, ce genre d’éducation encourage l’instauration des règles à suivre pour permettre à l’enfant de profiter pleinement de son enfance. Le secret est donc de trouver le juste milieu entre la mise en place de beaucoup d’autorité et beaucoup de laxisme.

Comment fonctionne la parentalité positive ?

Il faut dire que la parentalité positive est de plus en plus adoptée par les parents, ce qui est une bonne chose. Cependant, elle peut être mal perçue et mal interprétée étant donné que certaines personnes le prennent comme un manque d’autorité alors que son principe est tout à fait simple et compréhensible.

En effet, la parentalité positive se repose sur le respect mutuel, le dialogue et l’accompagnement. Ainsi les punitions, les cris et menaces n’ont pas leur place. Pour adopter efficacement la démarche de la parentalité positive, il faut que les parents :

– Aient conscience de l’impact de leurs attitudes et paroles employées sur l’enfant.
– Prennent conscience des blessures qu’ils ont ressenties pendant l’enfance afin de ne pas les reproduire.
– Apprennent aux enfants les comportements positifs et respectueux.
– Initient des façons de réagir tout en encourageant l’enfant à exprimer ses sentiments et pensées.
– S’adaptent aux besoins et aux compétences de l’enfant par rapport à son développement.
– Posent des limites raisonnables.
– Encouragent l’enfant à être autonome.
– Évitent les punitions corporelles.

Les démarches à suivre pour l’application de la parentalité positive

Formuler des instructions et éviter d’interdire

La formulation positive est très importante dans l’éducation de votre enfant. De plus, son jeune âge ne lui permet pas de comprendre les interdictions et le sens de la négation. Il ne comprend que les mots-clés et non la négation. Il est donc conseillé de formuler des instructions claires et précises.

Encourager l’enfant à réfléchir

Au lieu de donner des ordres, faire réfléchir l’enfant permet de le responsabiliser et d’éviter les conflits et énervements. Avec cette méthode, il aura l’impression d’être grand et mature.

Encourager l’enfant à bien se comporter

Les bons comportements d’un enfant doivent être reconnus par les parents. En même temps, vous devez les féliciter pour qu’ils continuent dans la bonne direction. Il n’est donc pas nécessaire d’excessivement se focaliser sur les mauvais comportements, car vous pouvez les corriger peu à peu.

Éviter de rabaisser l’enfant

Bien que certains comportements soient énervants, il ne faut surtout pas le rabaisser sous peine de détruire son estime de soi et de favoriser encore plus les comportements à déplorer. Si l’enfant est maladroit, vous pouvez l’encourager à réparer ses maladresses au lieu de l’accuser et de le réprimander.

Les outils utiles de la parentalité positive et bienveillante

Sachez que les outils proposés sont faciles à mettre en place chez vous pour que l’application de la parentalité positive se fasse dans les meilleures conditions.

S’occuper de soi

Pour pouvoir assurer pleinement son rôle de parent, il est indispensable de prendre soin de vous. Vous allez dire que ce n’est pas évident, car la parentalité prend beaucoup de temps et d’énergie.

Cela est vrai, mais se sentir bien a un impact positif sur la manière d’éduquer les enfants. Pour être à l’aise et bien dans votre peau, veillez à vous reposer suffisamment, à vous alimenter correctement et à faire des activités physiques.

Écouter les besoins de l’enfant

Être à l’écoute des besoins de l’enfant permet de favoriser la communication, le respect et l’encourage en même temps à s’exprimer sur ses sentiments.

Prendre conscience des étapes du développement de l’enfant

Un enfant ne fonctionne pas comme un adulte, car son développement peut prendre du temps. Si vous arrivez à prendre conscience de l’évolution dans son développement, vous pourrez facilement adapter vos réactions et vos exigences.

Accompagner l’enfant dans l’évacuation de ses émotions intenses

Lors des crises de pleurs et de colères, il ne faut pas tenter de consoler l’enfant, car il faut lui laisser le temps d’évacuer son sentiment de frustration et de souffrance. Bien que cela nécessite beaucoup de patience venant des parents, cela fait du bien à l’enfant.

S’excuser lorsque vous avez causé du tort

Être parent, ce n’est pas être parfait. Il nous arrive de commettre des erreurs auprès de nos enfants. À cet effet, il est indispensable de s’excuser auprès d’eux (même si ce n’est pas évident) pour que vous puissiez vous reconnecter à eux.